Vive 2013, l’année des réalisations Smart Cities !

2012, année présidentielle, s’est achevée. Avant d’ouvrir une nouvelle page, rappelons-nous quelques bons souvenirs qui ont animé cette année 2012.

Que retiendrez-vous de 2012 ?

Christian ESTROSI et Robert Vassoyan(Source : www.nice.fr)

Christian ESTROSI et Robert Vassoyan
(Source : http://www.nice.fr)

Bien sûr, vous retiendrez les présidentielles, vous vous souviendrez du programme des Investissments d’Avenir, d’Ecocités et peut-être même d’un projet de réforme des collectivités locales où l’on parlait d’élu territorial…

Je me souviens de quelques autres éléments majeurs qui ont marqué notre année Cisco en France :

  •  La signature d’une convention de partenariat avec Christian Estrosi pour le compte de Nice Cote d’Azur, la première « Métropole », à l’occasion d’Innovative City Convention. Elle entérine une collaboration diversifiée basée sur IP comme une ressource fondatrice et partagée. La vision « Internet of Everything » semble se dessiner ici.
  • L’aventure autour du smart working et des télécentres, aux côtés du Cluster Green & Connected Cities, d’IT 77 et d’un nouvel écosystème, avec la Caisse des Dépôts et des partenaires comme Regus, Orange et Nexity. Merci à la ville d’Amsterdam et aux experts locaux d’avoir partagé leurs expériences, et tout particulièrement à Ger Baron et aux pionniers néerlandais de Spaces. Vous avez été près de 150 personnes à nous accompagner en visite d’études en 2012.
  • Le lancement d’une action de formation Cisco Networking Academy avec le Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais et l’Afpa. Former les ressources aux numériques, offrir une vraie chance d’emploi et faciliter le développement des entreprises régionales est un beau projet. L’Afpa a relevé le challenge et se déclare prête à développer des démarches similaires sur d’autres régions.
  • De nombreux évènements et groupes de traval où j’ai eu plaisir à découvrir les problématiques des territoires et la richesse de l’écosystème qui se met en place. Idate Digiworld Summit, Territoires Durables d’Acteurs Publics, Les Interconnectés, le groupe de Réflexions Grand Paris, Nice Innovative City Convention
  • Le lancement par Cisco de « l’Internet of Everything », qui démontre que l’internet n’est pas seulement une ressource technique mais bien une vague de fond qui transforme nos modes de vie.
  • La proposition de Smart Solutions par Cisco, comme Remote Expert for Government Services.

L’année 2013 s’annonce passionnante !

  • Fleur Pellerin annonçait à Lille récemment sa volonté de voir se dessiner prochainement deux ou 3 Smart Villes Françaises qui deviendraient ainsi des démonstrateurs français à taille réelle.
  • L’ampleur de la vague smart cities se renforce, comme le démontrent les études de plus en plus nombreuses sur le sujet, les groupes de travail organisés par de nombreuses instances, la communication des acteurs industriels…
  • Le déploiement de télécentres professionnels va voir le jour dans nos régions et à travers le Grand Paris.
  • De vraies expérimentations débutent, dépassant la validation des possibles technologiques pour replacer l’expérience citoyenne au cœur de la démarche.
  • Les acteurs se structurent, définissant les modalités ou les normes d’interopérabilité nécessaires à la pérennité des investissements dans des périodes contraintes. Soulignons à ce titre les excellents travaux de coordination menés par la CCI de Nice sur le sujet des réseaux d’énergie.
  • Les débats attendus sur l’exposition aux ondes et la définition des modalités de déploiement du très haut débit vont rythmer une partie de 2013

La France, 1 000 fromages et 3 capitales européennes

Notre beau pays compte aussi cette année 3 capitales européennes:

Les spots éclairent nos villes ! Espérons qu’ils fonctionneront à la pleine puissance de leds optimisés par energywise.

Espérons surtout que nous saurons tirer parti de cette position pour démontrer que la culture est à présent souvent numérique, dans sa forme comme dans ses moyens d’accès (la diffusion d’opéra en temps réel dans les salles de cinéma est une vraie innovation !). De même  saura-t-on démontrer que l’écologie moderne gagnerait à s’appuyer sur ces technologies de l’information (plus économes en énergie…)  pour faire tourner notre planète sur de nouveaux modèles visant au mieux-vivre et à la limitation des spasmes quotidiens de la ville engorgée.

2013 vers une smart-city orientée citoyen et usages

L’internet des objets fait sa mutation vers « l’Internet of Everything », comme l’évoque Marie Hattar sur ce post. Les objets communicants fleurissent partout, du compteur smartgrid à la fourchette connectée… Il ne s’agit pas de gadgétiser nos vies : derrière le geek se cachent aussi de véritables chantiers sur la santé alimentaire (fourchette connectée), la vigilance énergétique jusqu’à la qualité du service de maintien à domicile…

L’impact de l’Internet of Everything va changer le regard sur nos vies. Avec lui, nous pourrons préférer le mieux vivre ou le mieux vieillir, à leurs visions technocratiques de maintien-à-domicile ou d’hospitalisation-à-domicile !

Faisons le vœu qu’en 2013, la smart city dépasse le prisme unique de l’efficacité pour donner un nouveau sens à la qualité de vie ressentie par le citoyen (et non prévue pour le citoyen) !

Bonne année et merci !

Cela fait 7 mois que ce blog est lancé.

Je voulais profiter de ce début d’année pour vous remercier de votre fidélité sur ce blog. Egalement vous dire tout le plaisir ressenti lorsque je découvre au cours d’une rencontre un lecteur assidu !
J’ai eu plaisir à partager ici avec vous diverses rencontres ou initiatives entrevues sur ce domaine passionnant de la ville en re-construction numérique.

Nous continuerons avec votre aide à témoigner des réalisations qui se mettent en place pour faire de la France un Smart Pays.

Je vous souhaite une très belle smart année 2013 !

Publicités

14 projets de télécentres soutenus par la Région Ile-de-France

La Région Ile-de-France et son agence numérique rebaptisée La Fonderie (anciennement ARTESI), ont confirmé le 12 juillet leur soutien à 14 des 32 projets qui leur ont été présentés dans le cadre d’un appel à projet « Télécentres et espaces de co-working ».
Cette action, bénéficiant d’un budget de 830 000 euros, permettait aux lauréats de bénéficier d’une subvention pouvant atteindre 100 000 euros, pour des télécentres dévant ouvrir sous un an en Ile-de-France.

Avec cet appel à projets, la Région Ile-de-France donnait un signal aux habitants ainsi qu’aux territoires. La démarche visait en effet à travailler sur le deux axes : « il faut qu’il y ait des télécentres pour que les personnels et les entreprises puissent s’approprier ce nouveau mode de travail, il faut aussi qu’il y ait des télétravailleurs pour que le modèle d’exploitation fonctionne. », rappelait récemment Jean-Baptiste ROGER, Directeur de la Fonderie, à l’occasion d’un séminaire organisé par la SCET sur les télécentres.

 « L’appel à projet était dédié aux collectivités et associations. Nous avons été surpris de voir le nombre de dossiers présentés en dépit des délais courts. Cela démontre une vraie vivacité du débat autour des télécentres et du co-working.»

Cartograpie des projets retenus
(source : La Fonderie)

Les dossiers présentés démontraient une sur-représentation des collectivités de l’est parisien, Fontainebleau et Roissy figurant d’ailleurs parmi les lauréats. L’action de Seine-et-Marne Développement a probablement joué un rôle dans cette sensibilisation à l’est de Paris.

Le Conseil Régional souhaite poursuivre son action en faveur du co-working et des téélcentres. Un nouvel appel à projets devrait sortir dès 2013. Il pourrait être étendu aux opérateurs de télécentres, l’émergence d’un réseau de télécentres professionnels à la dimension de l’Ile-de-France étant une condition de l’appropriation par les entreprises de ces nouveaux modèles de smart working.

Pour en savoir plus :

La présentation des lauréats par La Fonderie
Le communiqué de presse de la Région sur les candidats rentenus
La  ambitions de la région Ile-de-France en matière de numérique : télécentres et très haut débit

Co-working des villes et co-working des champs

Alors que le co-working prend son envol dans les réflexions françaises et devient l’objet d’de programmes d’aménagement ambitieux, nous sommes souvent interpellés par les collectivités rurales sur ces questions :

  • Quel co-working dans le monde rural ?
  • Quel degré d’implication publique sur ces projets ?

L’étude de la Caisse des Dépôts (voir notre précédent article) indique qu’un business modèle rentable est atteignable en centre-ville comme dans les espaces périurbains. La Caisse participera à certains projets périurbains dans une posture d’Investisseur Avisé dans le cadre des Investissements d’Avenir (PIA), afin de faciliter l’amorçage des premiers projets… et de bénéficier des rentrées financières qui en résulteront, facilitant alors de futurs investissements.
La Caisse souligne également l’intérêt de ces  services de co-working dans le monde rural. Le modèle économique apparait néanmoins plus compliqué, justifiant souvent une plus grande intervention publique.

Comment faire la part entre les externalités positives de ces lieux et les dommages collatéraux d’une approche qui serait limitée aux grands centres urbains ?

Le site zevillage.net peut être un bon accélarateur à vos réflexions : Xavier de Mazenod livre sur ce site ses réflexions en matière de co-working, à travers des expériences de lieux parfois alternatifs, et souvent complémentaires au co-working professionnel.
D’un côté, le co-working des champs rassemble au sein d’un lieu des profils très disparates et parfois très mobiles. De l’autre le co-working des villes aspire notamment à répondre aux défis de la mobilité pendulaire; son développement dans les grands métropoles est une condition de l’effet de masse qui permettra aux grandes entreprises d’engager leurs personnels volontaires dans cette démarche.

Le retour d’expérience que propose Zevillage en matière de télétravail et co-working converge avec nos approches relatives aux nouvelles matières de travailler, puisqu’il associe à la fois les externalités positives et les bénéfices collatéraux !

Zevillage : Télétravail, coworking et nouvelles formes de travail