Smart Verbatim de Printemps

«Nous avons besoin de grandes métropoles européennes. Et là encore, il faudra franchir un pas décisif. Il faudra doter ces grandes agglomérations, celles qui pèseront à l’échelle de l’Europe et du monde, d’un statut métropolitain simple et attractif, adapté à chacune des agglomérations, leur permettant d’atteindre en termes de compétences, de ressources, de moyens, le niveau requis à l’échelle de l’Europe.»
de François Hollande, alors candidat à la Présidence de la République Française, lors d’un meeting à Dijon le 3 mars 2012.

«La ville connectée n’est pas la cible, c’est le minimum pour pouvoir produire les services efficacement. »
de Wim Elfrink, Cisco Vice-Président, à l’occasion de New Cities Convention, 14 mai 2012.

« Le business évite le risque et la politique évite les coûts : ce n’est pas une très bonne base de partenariat au départ »
Anil Menon, Directeur Cisco en charge de Smart & Connected Communities , à l’occasion de New Cities Convention, 14 mai 2012, évoquant les freins à  la constitution de nouveaux modèles de gouvernance Public/Privé.

« Un Smart Work Center tout seul n’est pas un smart work center;  c’est quasiment un espace de travail sans intelligence. »
de Bas Boorsma, Directeur Cisco Innovation Urbaine,  à propos de la nécessité pour les télécentres de travailler en réseau, lors de la visite d’une délégation des CCI Alsacienne le 18 avril 2012.

« Les Télécentres constituent l’un des rares projets qui nous sont proposés qui ne crée pas de compétition entre les territoires mais qui, au contraire, permet aux initiatives communales de se renforcer par la collaboration en réseau. »
de Gérard Eude, Vice-Président en charge du Dévéleoppement Economique au Conseil Général de Seine-et-Marne et Président de IT77 (Initiatives Télécentres 77), lors du lancement de l’association IT77 pour fédérer les initiatives de Télécentres en Seine-et-Marne.

Amsterdam Carte Prospective 2012-2016
(Source : Service de Programmation Climat et Energie, Métropole d’Amsterdam)

« Tous les 10 ans, nous réalisons une carte de vision stratégique du développement d’Amsterdam à laquelle les habitants sont associés. Amsterdam est comme une main avec des doigts. Le vert entre les doigts représente les espaces naturels auprès desquels figurent nos projet en matière de développement durable et d’énergie (éolien, quartier à énergie neutre). »
de Stef Le Fevre, Urban Planer dans le département de Stratégie Climat & Energie de la communauté urbaine d’Amsterdam, à l’occasion d’un exposé sur le développement territorial, le 23 mai 2012.

New Cities Foundation – les acteurs des Smart Cities mondiales se réunissent à Paris

New Cities Summit
du 14 au 16 mai 2012 à Paris

Le New Cities Summit se tient en ce moment au CNIT à La Défense, rassemblant des acteurs mondiaux autour du développement harmonieux des villes face au challenge de l’urbanisation.
Malgré l’évènement que constituait la prise de fonction présidentielle, de nombreux leaders de collectivités mondiales et de responsables d’entreprises ont participé à cet évènement international.

Dès l’inauguration John Rossant, Directeur Général de la New Cities Foundation posait le débat : « La ville 2.0 ne se fera pas seul ». Elle correspondra assurément à une symbiose, où les intérêts des territoires et des entreprises convergent.

Accueil du New Cities Summit par Patrick Devedjan
(source : http://www.hauts-de-seine.net)

Patrick Devedjan, Président du Conseil Général des Hauts de Seine et hôte de la conférence, rappelait l’innovation urbaine dont fit preuve en leurs temps La Défense et le CNIT. Il projetait La Défense sur une nouvelle étape (peut être 3 .0 ?) en rappelant l’ambition du territoire des Hauts-de-Seine à développer conjointement les transports, l’art, la culture, le développement durable et l’économie. Cela devrait prendre la forme d’un triptyque « Travail/Famille/Loisirs »; la transformation vers le smart working et les nouvelles manières de vivre la ville étaient ainsi évoquées (de notre point de vue). A travers « Forme Publique » le Conseil Général des Hauts-de-Seine propose sur son territoire un nouvel espace d’expérimentation de mobiliers urbains et facilite l’expérimentation en environnement réel pour les jeunes pousses.

Le Professeur Geoffrey West du Santa Fe Institute se posait la question  “Are we sustainable ? » (Sommes-nous durables ?), militant pour une Science des Villes. Rappelant que les créatures vivantes étaient toutes composées de réseaux (réseaux sanguin, nerveux, lymphatique…) il se lançait dans une ambitieuse comparaison entre la masse des êtres vivants et leur consommation énergétique. Le modèle naturel serait sans appel : plus la masse est importante, plus le ratio consommation énergétique / masse est allégé, grâce à l’efficacité des réseaux internes. L’extrapolation du modèle sur les villes confirmerait l’hypothèse selon laquelle la ville de demain pourra améliorer ses ratios par l’efficience des réseaux qui la composent (smartgrids, transport…). « Quel que soit le continent, quelle que soit sa taille, le doublement de la taille d’une ville conduira à une augmentation organique de 15% de ses facteurs structurels (équipement, taux de criminalité…) et permettra un gain de 15% sur le coût d’exploitation des infrastructures : « L’interdépendance des phénomènes » ou le renouveau du « Big is beautiful. »
Les chiffres évoqués en conclusion donnent à réfléchir ; chaque individu consommerait 90 watts par personne pour vivre… sans compter son environnement d’équipements, qui fait pencher la balance vers 11000 Watts par personne (soit un facteur 12)… l’équivalent de la consommation énergétique d’un King Kong de 30 tonnes !
Assurément une autre manière de se regarder dans le miroir…

Le projet Vancouver V-Pole
(source : communiqué de presse de Vancouver)

Gregor Robertson, Maire de Vancouver, revenait sur un terrain plus habituel en évoquant la complexité des élus à gérer une ville, confrontée à un équilibre instable entre la nécessité de développer les infrastructures et les capacités financières.
La ville a également besoin d’une vision ; Vancouver s’est donnée pour objectif d’être d’ici 2020 la Ville la plus verte au Monde. La politique municipale a notamment mis en œuvre des solutions autour de la fabrication de compost, des liaisons rapides entre l’aéroport et la ville, et de l’auto-partage.
Le développement harmonieux de la ville passe par des challenges à relever, de la disparité de revenus entre quartiers, au développement économique, en passant par l’emploi et l’écologie.
Se positionnant comme entrepreneur pour la ville, Mr Robertson considère que la solution passe par des partenariats entre le public et le privé, citant différentes entreprises partenaires, dont Cisco.
Il annonçait également le projet « V-pole » de Vancouver, une démarche intégrée de plusieurs fonctions de la ville (Communiqué de presse V-Pole).

Ajit Gulabchand, Directeur Général du groupe de construction Hindustan en Inde, évoquait alors les différences de contraintes entre un monde occidental ou la Smart City consiste à améliorer l’expérience et les services dans la ville alors que la question des pays en développement est de faire face à une arrivée massive de population vers les centres urbains : « Toutes les semaines sur la planète, 1 million de personnes rejoignent les pôles urbains.» Dans ce contexte, le challenge est de créer la ville, et les modèles Public/Privé peuvent aider.

Facteurs de changement
(Source : Présentation de Wim Elfrink, Cisco)

Wim Elfrink, Vice-Président de Cisco en charge des solutions émergentes, rappelait qu’une centaine de villes de plus d’un million d’habitants étaient en cours de construction sur les prochaines décennies. Si au départ, le développement des regroupements urbains était une réponse à un besoin de sécurité, les critères de prospérité et de qualité de vie sont devenus à présent des critères essentiels. Il ne s’agit pas seulement de construire nos villes, il faut aussi les revitaliser.

Evoquant le mouvement vers les Smart Cities, Wim Elfrink exprimait une conviction selon laquelle «la ville connectée n’est pas la cible, c’est le minimum pour pouvoir produire les services efficacement. » La masse de données produite par la ville dépasse largement les données crées par les ordinateurs de ses habitants. Le M2M (Machine-to-machine) crée toujours plus de données, avec une vraie valeur que les villes pourraient monétiser. Une opportunité qui pourrait intéresser les villes dans le contexte actuel…et constituer un nouveau challenge pour l’opendata, à la recherche son modèle économique.

Les bénéfices d’une ville durable
(Source : Présentation de Wim Elfrink, Cisco)

Considérant le mouvement vers les Smart & Connected Cities, la question n’est plus de savoir si cela va devenir réalité mais bien d’engager dès à présent de vrais pilotes dans les villes, en bâtissant sur une plateforme technologique commune. La technologie n’est pas un objectif en soi, elle rend possible l’émergence des services territoriaux.  et favorise le développement des nouvelles manières de travailler à travers les clusters, les réseaux sociaux, la virtualisation…
Wim Elfrink concluait en rappelant que le véritable challenge pour la ville consiste à créer son écosystème de partenaires publics/privés et de mettre en œuvre de vraies « smart regulations ».

New Cities Summit Paris 2012 était lancé !

De nombreuses personnalités des collectivités et des entreprises allaient intervenir sur différentes facettes de la ville connectée.

Ainsi le second jour, lors du débat Hardware/Software, la Ville de Londres annonçait avoir comptabilisé plus de 250.000 téléchargements pour son application « London Cycle Ap » et présentait le tableau de pilotage du maire de Londres. Les paramétrages seront propres aux challenges de chaque ville.

Jonathan Woetzel, Co-Directeur de l’Initiative Urbaine Chinoise, comparait le Hardware aux infrastructures (routes, réseaux informatiques, smartgrids…) et le Software aux services aux citoyens. Son expérience des difficultés de circulation liées à une absence de ponts dans une métropole en pleine expansion semblait l’amener à considérer que les meilleures applications de déplacement urbain ne seraient qu’un « pâle-liatifs » à  la déficience d’infrastructures.

Anneaux de Buren – Promenade sur l’Ile-de-Nantes
(Source : journal Presse Océan)

La soirée de gala permettait aux acteurs de l’écosystème Smart Cities de réseauter et de découvrir une nouvelle oeuvre de Daniel Buren au Grand Palais… apparaissant comme un ultime clin d’œil à l’actualité de l’après-midi: comme si Jean-Marc Ayrault, nommé Premier Ministre, invitait à découvrir les anneaux de Buren qui jouxtent la Loire sur l’Île de Nantes.
Peut-être lors de votre prochain passage à l’occasion de Nantes, Capitale Verte de l’Europe en 2013 ?

Pour plus d’information :

New Cities Foundation
Patrick Devedjan accueil le New Cities Summit au CNIT
Présentation de Wim Elfrink
, Cisco Vice-President en charge des Emerging Solutions