Neige, télétravail… Vive le CVO !

IMG_9618« Il pleut sur Nantes », chantait Barbara…

Et non, pas aujourd’hui ! La cité verte de l’Europe est à présent bien blanche et de plus en plus gelée…
Mes amis Lillois me pardonneront de ne pas les avoir rejoints, mais le chemin vers la gare s’avérait périlleux.

Heureusement j’ai mon thermolactyl… et mon CVO !

Le Cisco Virtual Office, c’est ce qui me permet de travailler à la maison comme si j’étais au bureau. Derrière ma box internet, un routeur Cisco sécurise mes connexions et m’offre des conditions de télétravail proche de celles du bureau.

Ainsi, le téléphone IP connecté derrière le routeur me donne accès à tous les services habituels : recherche dans l’annuaire, information de présence (il est en ligne, elle n’est pas à son poste..), numéro direct d’accès au support interne ou à l’agence de voyage… Le tout en IPv6 bien sûr !

Le routeur propage aussi un réseau wifi sécurisé, le même que dans tous les locaux Cisco, ce qui permet à mes collègues de passage à la maison de récupérer, via une authentification automatique, leurs mails alors que nous échangeons autour d’un vin chaud (le muscadet patiente au frais…).
Mon Iphone est également connecté en wifi, permettant de réduire la note de communication data de mon entreprise lorsque je me déplace dans la maison. Du vrai BYOD (bring your own device) en pratique !

Composant du CVO

Session webex : présentation, chat et visio

Session webex : présentation, chat et visio

Pendant ce temps, je travaille naturellement, un casque sur les oreilles, pour discuter avec mes contacts tout en conservant mes doigts sur le clavier de l’ordinateur. J’oubliais, mon ordinateur portable est connecté au switch intégré du téléphone IP Cisco 7975, la QOS (qualité de service, pour transmettre dans les meilleures conditions ma voix cristalline) étant aussi gérée par le CVO.

Webex connect : présence et messagerie instantanée

Webex connect : présence et messagerie instantanée

Webex me permet de faire une présentation à distance, en diffusant ma vignette visio intégrée à partir de la caméra de mon PC portable. Je peux même enregistrer une session webex, pour permettre à ceux qui n’étaient pas présents lors de la réunion de pouvoir rejouer la séquence au moment où ils le souhaiteront.

Même à la maison, j’ai besoin de contacter mes collègues. Je le fais efficacement grâce aux fonctions qui me permettent à distance de comprendre leur contexte de présence. Cyril est disponible, Olivier est en réunion mais j’ai besoin de lui poser une question immédiate : je le pingue via la messagerie instantanée intégrée à Webex Connect… Efficace pour savoir qu’il neige à Nantes ! Et si j’appelais Nathalie ?

Bref une vraie journée de travail normale, à partir de la maison.

L’an passé, FR3 était venu voir ce qui constitue une partie de mon quotidien. C’était dans le cadre de la semaine de la mobilité, la non-mobilité étant une mobilité choisie. Je les remercie de ne pas m’en vouloir de poster cette vidéo sur youtube pour que vous puissiez la découvrir… et vérifier que parfois aussi à Nantes, il fait beau !
Vive les vidéos de rattrapage (et le très haut débit !).

Et pour ceux qui seraient intéressés par cette solution, un bon diagramme et un bon pointeur web seront clairs :

diagramme CVO

diagramme CVO

Juste deux précisions !

  • Cela marche aussi lorsqu’il ne neige pas… et cela peut s’appliquer à tous.
  • C’est une solution complémentaire au télécentre, efficace, mais procurant moins de lien social; Je n’ai pas non plus accès à tous les services mutualisés d’un télécentre…

Ah, si j’avais un télécentre près de chez moi … (mais pas aujourd’hui à cause du verglas !)

Pour en savoir plus :
Plein d’informations sur le blog collaboration France
Notamment : Travailler de manière efficace grace aux outils collaboratifs CISCO

Publicités

Les Villes Intelligentes selon le Commissariat Général au Développement Durable

N°143 de Point de Vue
« Ville Numérique »
Publié par le CGDD

Le Commissariat Général au Développement Durable a publié en septembre un « Point sur les villes intelligentes ».

Le numéro 143 de cette lettre permet à Anne Charreyron-Perchet de rappeler quelques tendances traditionnelles des smart cities :

  • Optimisation des ressources
  • Meilleure gouvernance et pilotage des opérations de la ville.
  • Approche systémique et décloisonnée
  • Services basés sur l’opendata, pour la gouvernance comme pour le service rendu au citoyen.

Le rapport présente aussi la ville intelligente comme un terrain de jeux où des acteurs, actuels et/ou nouveaux, s’organisent autour d’alliances contribuant ainsi à l’émergence de nouveaux  business models.

Dans cette évolution, la ville 2.0 doit veiller à demeurer désirable, pour tous ses utilisateurs.

Néanmoins, le point de vue reste partiel et ne gratte que superficiellement le potentiel du numérique pour une ville en transformation; Les TIC semblent contingentées dans un rôle de vecteur d’efficacité et d’automatisation des fonctions traditionnelles de la ville.

Les TIC peuvent apporter bien davantage à la ville intelligente !
Le numérique révèle des capacités de transformation pour la ville… et pour la ville et son territoire.

Le numérique invite à penser des schémas alternatifs et à concevoir des réponses possiblement plus transformationnelles.
Les exemples sont nombreux où les différentes approches d’efficacité et de transformation sont considérées simultanément, permettant de conjuguer économique,  social et environnemental !
Ainsi les TIC permettent de repenser la relation entre les coeurs d’entreprises et les espaces d’habitation. La ville intelligente peut contribuer à effacer de manière choisie certains déplacements et à créer  de nouveaux liens sociaux, en local comme à distance. Les nouvelles manières de travailler sont une des dynamiques qui contribueront à résorber durablement la congestion urbaine, en parallèle d’un pilotage efficace de la circulation et d’une information voyageur contextualisée.

Peut-être une prochaine édition de Point de Vue élargira l’angle d’approche pour passer d’un concept de « Villes Intelligentes », entendues comme des ensembles finis, à la dynamique de transformation d’un « Territoire véritablement Connecté, Durable et Social » ?

Pour plus d’information :

Télécharger le Point de Vue « Villes Intelligentes »
Fiche de présentation de Anne Charreyron-Perchet sur le site Innovative City Convention

Etude de la CDC sur les Télécentres en zones péri-urbaines

Opérateur pour l’Etat de différents volets des « Investissements d’avenir », la Caisse des Dépôts et Consignations a retenu au chapitre de la Ville Numérique la thématique des télécentres comme axe d’investissement. La Caisse agit ici en tant qu’ »investisseur avisé« , pour faciliter l’amorçage de projets tout en visant une rentabilité financière qui renouvellera à terme ses capacités d’intervention sur de futurs projets futurs.

Compte tenu de ce positionnement bien éloigné du mode habituel de subventions, la Caisse souhaite investir auprès d’acteurs privés dans la constitution d’un réseau de télécentres (multi-acteurs) en France, en veillant à la complémentarité des tiers-lieux dans lesquels elle investit. Dans cet objectif, elle a réalisé une étude sur la viabilité du modèle économique des télécentres en France, publié en décembre 2011 sous l’intitulé « Les enjeux territoriaux du déploiement des télécentres en France ».

Ces travaux viennent compléter ceux engagés par des acteurs publics et privés dans le cadre du Cluster Green & Connected Cities.

L’offre de télécentres au cœur des villes devrait se mettre en place sans soutien publique particulier.
La viabilité économique de télécentres en zones péri-urbaines serait confirmée, sous certaines conditions d’amorçage.
Le modèle économique en zone rurale nécessiterait en revanche un autre modèle non adressable à travers la posture d’investisseur avisé liée aux investissements d’avenir.

Enseignements de l’étude CDC « Les enjeux territoriaux du déploiement des télécentres en France », publiée en décembre 2011.
(Source : extrait de l’étude CDC)

La Caisse évoque une « nécessité d’amorçage, les externalités positives des télécentres urbains et leur lien avec l’aménagement des territoires incitent à poser la question du rôle des acteurs publics dans ce nouveau marché ».

La Caisse étudie aujourd’hui différents projets d’acteurs privés s’engageant auprès des territoires pour ces nouveaux modèles. L’objectif est de d’avoir engagé sur 2012 les bases d’un véritable réseau de tiers-lieux en France. Ce réseau pourrait démarrer en Ile-de-France et compléter les projets existant sur les métropoles régionales.

Pour en savoir plus :

Télécharger l’étude complète « Les enjeux territoriaux du déploiement des télécentres en France », publiée en décembre 2011 par la Caisse des Dépôts & Consignations

Le Numérique, une compétence recherchée selon Robert Vassoyan et BMO 2012

Robert Vassoyan, au Club Business de ‘Challenges’
(source : magazine Challenge)

« Quand on parle de croissance et d’emplois en France, le secteur à priviliégier est bien celui du numérique, qui représente 6% du PIB, 25% de la croissance et 450 000 emplois création d’emplois dans les 5 prochaines années », indiquait Robert Vassoyan, Directeur Général de Cisco France à l’invitation du Club Business  Challenge SFR (propos recueillis par Gilles Fontaine et Jean-Baptiste Diebold) (vidéo de l’interview).

Etude BMO 2012
(Source : Pôle Emploi)

Pôle Emploi a mené une étude intitulée BMO (Besoins en Main d’Oeuvre 2012) entre octobe et décembre 2011.
Selon l’étude, l’informatique est l’un des secteurs où les difficultés de recrutement sont les plus fortes : 62,3% des entreprises évoquent des difficultés de recrutement pour les postes d’Ingénieurs, Cadres Etudes & R&D en informatique. Le nombre de postes envisagé est évalué à 28 000.

Il est intéressant de constater que « Pour 58% des établissements interrogés, les nouvelles technologies constitueront l’un des domaines de renforcement des besoins en compétences. Le développement durable (41%), les services aux entreprises (41%) et les services à la personne (37%) sont également largement évoqués » (source : étude BMO2012, chapitre III.3, page 59).

« Evoluer vers les nouvelles technologies, les services et le développement durable »
(Source : étude MBO 2012, Chapitre III.3, p59)

Ainsi le développement durable est reconnu comme une thématique favorable à l’emploi.

De même, il est intéressant de projeter les autres facteurs essentiels comme des piliers convergents du développement intelligent de territoires efficaces : les technologies restent un moyen pour favoriser la réalisation de projets durables, abordables financièrement et axés sur l’habitant (Services aux Citoyens, Mieux Vieillir…).

Pour en savoir plus :

Interview de Robert Vassoyan
Etude BMO 2012 de Pôle Emploi

Les 6 et 7 juin 2012 à Nice : « Innovative City » pour une vision intégrée des Smart Cities

Les 6 et 7 juin 2012, Nice accueillera Innovative City Convention, un évènement international autour des Smart Cities.

Innovative City propose une approche intégrée de la Smart City, pour faciliter le déploiement et la gestion de services dans des domaines très variés, de la sécurité publique à tout ce qui a trait à la santé, l’éducation et la qualité de vie,  en passant par la gestion des flux (mobilité, eau, énergie, communications…) et le développement durable.

Vue intégrée de la Smart City
(Source : Innovative City)

Christian Estrosi, Député-Maire de Nice et Président de la Métropole Nice Côte d’Azur et Michel Destot, Député Maire de Grenoble et Président de l’AMGVF (Association des Maires des Grandes Villes de France), ouvriront la convention.

Innovative City s’articule autour de conférences thématiques et de divers temps forts, telle une session « CleanTuesday sur le sujet des SmartGrids pour Smart Cities ». Vous aurez aussi l’occasion de découvrir des applications sur l’espace d’exposition.

Cisco est Partenaire Premium de cet évènement.
Différents intervenants du programme « Smart & Connected Communities » participeront aux conférences et vous accueilleront sur le stand Cisco.

Pour en savoir plus :

Télécharger le programme des conférences
Pour vous inscrire

New Cities Foundation – les acteurs des Smart Cities mondiales se réunissent à Paris

New Cities Summit
du 14 au 16 mai 2012 à Paris

Le New Cities Summit se tient en ce moment au CNIT à La Défense, rassemblant des acteurs mondiaux autour du développement harmonieux des villes face au challenge de l’urbanisation.
Malgré l’évènement que constituait la prise de fonction présidentielle, de nombreux leaders de collectivités mondiales et de responsables d’entreprises ont participé à cet évènement international.

Dès l’inauguration John Rossant, Directeur Général de la New Cities Foundation posait le débat : « La ville 2.0 ne se fera pas seul ». Elle correspondra assurément à une symbiose, où les intérêts des territoires et des entreprises convergent.

Accueil du New Cities Summit par Patrick Devedjan
(source : http://www.hauts-de-seine.net)

Patrick Devedjan, Président du Conseil Général des Hauts de Seine et hôte de la conférence, rappelait l’innovation urbaine dont fit preuve en leurs temps La Défense et le CNIT. Il projetait La Défense sur une nouvelle étape (peut être 3 .0 ?) en rappelant l’ambition du territoire des Hauts-de-Seine à développer conjointement les transports, l’art, la culture, le développement durable et l’économie. Cela devrait prendre la forme d’un triptyque « Travail/Famille/Loisirs »; la transformation vers le smart working et les nouvelles manières de vivre la ville étaient ainsi évoquées (de notre point de vue). A travers « Forme Publique » le Conseil Général des Hauts-de-Seine propose sur son territoire un nouvel espace d’expérimentation de mobiliers urbains et facilite l’expérimentation en environnement réel pour les jeunes pousses.

Le Professeur Geoffrey West du Santa Fe Institute se posait la question  “Are we sustainable ? » (Sommes-nous durables ?), militant pour une Science des Villes. Rappelant que les créatures vivantes étaient toutes composées de réseaux (réseaux sanguin, nerveux, lymphatique…) il se lançait dans une ambitieuse comparaison entre la masse des êtres vivants et leur consommation énergétique. Le modèle naturel serait sans appel : plus la masse est importante, plus le ratio consommation énergétique / masse est allégé, grâce à l’efficacité des réseaux internes. L’extrapolation du modèle sur les villes confirmerait l’hypothèse selon laquelle la ville de demain pourra améliorer ses ratios par l’efficience des réseaux qui la composent (smartgrids, transport…). « Quel que soit le continent, quelle que soit sa taille, le doublement de la taille d’une ville conduira à une augmentation organique de 15% de ses facteurs structurels (équipement, taux de criminalité…) et permettra un gain de 15% sur le coût d’exploitation des infrastructures : « L’interdépendance des phénomènes » ou le renouveau du « Big is beautiful. »
Les chiffres évoqués en conclusion donnent à réfléchir ; chaque individu consommerait 90 watts par personne pour vivre… sans compter son environnement d’équipements, qui fait pencher la balance vers 11000 Watts par personne (soit un facteur 12)… l’équivalent de la consommation énergétique d’un King Kong de 30 tonnes !
Assurément une autre manière de se regarder dans le miroir…

Le projet Vancouver V-Pole
(source : communiqué de presse de Vancouver)

Gregor Robertson, Maire de Vancouver, revenait sur un terrain plus habituel en évoquant la complexité des élus à gérer une ville, confrontée à un équilibre instable entre la nécessité de développer les infrastructures et les capacités financières.
La ville a également besoin d’une vision ; Vancouver s’est donnée pour objectif d’être d’ici 2020 la Ville la plus verte au Monde. La politique municipale a notamment mis en œuvre des solutions autour de la fabrication de compost, des liaisons rapides entre l’aéroport et la ville, et de l’auto-partage.
Le développement harmonieux de la ville passe par des challenges à relever, de la disparité de revenus entre quartiers, au développement économique, en passant par l’emploi et l’écologie.
Se positionnant comme entrepreneur pour la ville, Mr Robertson considère que la solution passe par des partenariats entre le public et le privé, citant différentes entreprises partenaires, dont Cisco.
Il annonçait également le projet « V-pole » de Vancouver, une démarche intégrée de plusieurs fonctions de la ville (Communiqué de presse V-Pole).

Ajit Gulabchand, Directeur Général du groupe de construction Hindustan en Inde, évoquait alors les différences de contraintes entre un monde occidental ou la Smart City consiste à améliorer l’expérience et les services dans la ville alors que la question des pays en développement est de faire face à une arrivée massive de population vers les centres urbains : « Toutes les semaines sur la planète, 1 million de personnes rejoignent les pôles urbains.» Dans ce contexte, le challenge est de créer la ville, et les modèles Public/Privé peuvent aider.

Facteurs de changement
(Source : Présentation de Wim Elfrink, Cisco)

Wim Elfrink, Vice-Président de Cisco en charge des solutions émergentes, rappelait qu’une centaine de villes de plus d’un million d’habitants étaient en cours de construction sur les prochaines décennies. Si au départ, le développement des regroupements urbains était une réponse à un besoin de sécurité, les critères de prospérité et de qualité de vie sont devenus à présent des critères essentiels. Il ne s’agit pas seulement de construire nos villes, il faut aussi les revitaliser.

Evoquant le mouvement vers les Smart Cities, Wim Elfrink exprimait une conviction selon laquelle «la ville connectée n’est pas la cible, c’est le minimum pour pouvoir produire les services efficacement. » La masse de données produite par la ville dépasse largement les données crées par les ordinateurs de ses habitants. Le M2M (Machine-to-machine) crée toujours plus de données, avec une vraie valeur que les villes pourraient monétiser. Une opportunité qui pourrait intéresser les villes dans le contexte actuel…et constituer un nouveau challenge pour l’opendata, à la recherche son modèle économique.

Les bénéfices d’une ville durable
(Source : Présentation de Wim Elfrink, Cisco)

Considérant le mouvement vers les Smart & Connected Cities, la question n’est plus de savoir si cela va devenir réalité mais bien d’engager dès à présent de vrais pilotes dans les villes, en bâtissant sur une plateforme technologique commune. La technologie n’est pas un objectif en soi, elle rend possible l’émergence des services territoriaux.  et favorise le développement des nouvelles manières de travailler à travers les clusters, les réseaux sociaux, la virtualisation…
Wim Elfrink concluait en rappelant que le véritable challenge pour la ville consiste à créer son écosystème de partenaires publics/privés et de mettre en œuvre de vraies « smart regulations ».

New Cities Summit Paris 2012 était lancé !

De nombreuses personnalités des collectivités et des entreprises allaient intervenir sur différentes facettes de la ville connectée.

Ainsi le second jour, lors du débat Hardware/Software, la Ville de Londres annonçait avoir comptabilisé plus de 250.000 téléchargements pour son application « London Cycle Ap » et présentait le tableau de pilotage du maire de Londres. Les paramétrages seront propres aux challenges de chaque ville.

Jonathan Woetzel, Co-Directeur de l’Initiative Urbaine Chinoise, comparait le Hardware aux infrastructures (routes, réseaux informatiques, smartgrids…) et le Software aux services aux citoyens. Son expérience des difficultés de circulation liées à une absence de ponts dans une métropole en pleine expansion semblait l’amener à considérer que les meilleures applications de déplacement urbain ne seraient qu’un « pâle-liatifs » à  la déficience d’infrastructures.

Anneaux de Buren – Promenade sur l’Ile-de-Nantes
(Source : journal Presse Océan)

La soirée de gala permettait aux acteurs de l’écosystème Smart Cities de réseauter et de découvrir une nouvelle oeuvre de Daniel Buren au Grand Palais… apparaissant comme un ultime clin d’œil à l’actualité de l’après-midi: comme si Jean-Marc Ayrault, nommé Premier Ministre, invitait à découvrir les anneaux de Buren qui jouxtent la Loire sur l’Île de Nantes.
Peut-être lors de votre prochain passage à l’occasion de Nantes, Capitale Verte de l’Europe en 2013 ?

Pour plus d’information :

New Cities Foundation
Patrick Devedjan accueil le New Cities Summit au CNIT
Présentation de Wim Elfrink
, Cisco Vice-President en charge des Emerging Solutions

New Cities Summit, Paris du 14 au 16 mai 2012 (sur invitation)

Cisco est Membre Fondateur de New Cities Foundation qui tiendra son congrès annuel du 14 au 16 mai 2012 au CNIT à La Défense.

New Cities Summit
du 12 au 14 mai 2012 à Paris

Le programme des conférences permettra à des personnalités internationales de collectivités de partager leurs expériences et leur vision, aux cotés des acteurs d’entreprises impliqués pour faire de la ville du 21ème siécle une ville à vivre.

Wim Elfrink, Vice-Président Exécutif Cisco en charge de Smart & Connected Communities, participera à la plenière d’ouverture le 14 mai matin.

 » La New Cities Foundation est une fondation suisse à but non lucratif dont l’ambition est d’oeuvrer en faveur de l’amélioration de la qualité de la vie au cœur de la ville du 21ème siècle. »

NOTA : Cet évènement est sur invitation. Contactez-nous si besoin.

Pour plus d’info :

News Cities Summit : le site de l’évèment
New Cities Foundation : lesite de l’association

(source : New Cities Foundation)

Premières rencontres des territoires durables

Territoires durables
source : Acteurs Publics / Territoires Durables

Les premières rencontres des territoires durables, organisées par Acteurs Publics, ont été accueillies dans les locaux du Conseil Economique, Social et Environnemental à Paris, les 20 et 21 mars.

Ces rencontres ont permis de faire le point sur des thématiques variées, du réchauffement climatique aux solutions proposant une alternative aux déplacements pendualaires.

Vous pourrez retrouver l’ensemble du programme et rejouer les vidéos sur le site d’Acteurs Publics.

Merci aux organisateurs pour leur invitation à participer à l’atelier« Tiers Lieux et déplacements » !

Territoires durables : Atelier "Tiers Lieux et Déplacements"
Source : Acteurs Publics / Territoires Durables